6 octobre 2022


Ainsi donc l’impensé de la guerre nucléaire... 

Actualité du révolu

Plusieurs décennies que l’humanité vit sous la menace irréelle de la guerre nucléaire.
Figée dans une rhétorique gaullienne et le souvenir iconique d’Hiroshima l'horreur documentée. Cette dissuasion a fonctionné, nous mettant à l’abri de grandes guerres trop totales.
Mais avec le XXI eme siècle naissant la donne change : protagonistes libérés du tabou apocalyptique, interactions conflictuelles récurrentes, nouvelles technologies militaires.
Il n’existe pas d’arme qui ne soit un jour utilisée et le nucléaire l’a été, conflictuellement au Japon et expérimentalement dans de nombreux pays.
La Corée du Nord ou l’Iran réfléchiront un peu avant de l’utiliser car la Corée du Nord serait vitrifiée à l’instant dans sa grotte et l’Iran serait durablement atteint.
Mais la Russie et la Chine sont oublieuses des cataclysmes japonais et développent des revendications hystéro-nationalistes dans lesquelles leur agressivité (mes voisins sont des frères et donc ce qui leur appartient est nôtre) génère une paranoïa : c’est le monde occidental qui leur en veut et les contraint.
C’est ici que survient l’impensé, l’impensable nucléaire dont aucun expert ne sait aujourd’hui ce qu’il en coûterait.
Yeappy ! (l'inusable docteur Folamour)



 
Chacun est rendu ici à sa propre ignorance fantasmatique. Au delà de ce point notre savoir est vain, y compris celui des experts reconnus et des détenteurs du bouton déclencheur .
Ce qui en fait un thème de prédilection pour n’importe quel leader vieillissant voulant laisser son nom dans l’histoire ou que le monde connu disparaisse avec lui. 
 
L'alternative réaliste locale/hyperlocale
Mais plutôt que l’anéantissement mutuel garanti, existe aujourd’hui la bombinette locale, la dissuasion conventionnelle : "- Tu touches à mon territoire et tu es prêt de l’emporter ? Ok , je tape localement et ça gèle le conflit. "
Pour ne pas risquer la réprobation totale, la bombinette (nucléaire tactique) est lancée en réponse à une offensive ou contre offensive prometteuse et elle est lâchée sur une zone peu peuplée qui suppose un pays ou un front assez profond pour que cela reste localisé : forêts, déserts, montagnes. Déserts himalayens pour les Chinois contre les indiens ou rivages taïwanais de la mer de Chine , campagnes ukrainiennes pour les Russes.
Outre le conventionnel classique dont les ukrainiens, avec soutien européen, font la démonstration : défendre son droit face à une armée endoctrinée, prédatrice , immorale et finissant par le comprendre et donc s’affaiblir, surgissent  donc  les deux pôles actuels de la menace ultime : la dissuasion et l’attentat.
Dissuasion nucléaire avec le nouvel Arsenal tactique (20 ans de contamination pour geler le conflit ) et menace personnelle : vulnérabilité physique du leader : "- Vladimir nous savons où tu te trouves et tu es la cible." Même raisonnement des russes envers le héros Zelenski, par leur arme classique du poison.
Le XXI eme siècle est bien arrivé, désarrimé des équilibres du XX eme et résolu à tous les inédits ouvrant sur l'impensable. .

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire !